Une majorité des élus l’appellation Bordeaux favorable à des mesures conjoncturelles, pour mettre en place une réserve interprofessionnelle en 2020 et créer un fonds de soutien à la commercialisation en bouteilles. Mais une majorité contre l’idée d’un déclassement de l’AOC en vin de France et le retour de l’arrachage primé. Ce 6 décembre, l’écrasante majorité des 183 délégués cantonaux du syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieur assistait à son assemblée générale pour se prononcer sur cinq mesures de sortie de crise structurelle. « Rien n’a été voté définitivement, il s’agit d’orientations qui ont été prises sur des propositions de réflexions » précise, anonymement, un délégué cantonal de la rive droite. Faisant état d’un « débat constructif », les échos réunis par Vitisphere sur cette réunion cruciale témoignent d’une volonté collective de trouver « les bonnes solutions » pour sortir le vignoble bordelais de l’impasse commerciale où il se trouve. La première mesure adoptée en témoigne, demandant « qui souhaite que le syndicat n’engage aucune mesure ? » Demandant des actions rapides, une majorité s’est formée pour pousser deux idées : la création...